• 1 / 30

    Serguei tente de localiser son troupeau dispersé à des kilomètres du campement. Les bêtes ont épuisé les réserves de lichen alentour. Il va donc falloir lever le camp /// With his binoculars, Serguei tries to locate his herd of deer dispersed miles from the camp

  • 2 / 30

    Troupeau de rennes /// Herd of reindeers

  • 3 / 30

    Alia coupe du petit bois pour la nuit /// Alia cuts tinder for the night

  • 4 / 30

    Fille nenets /// Nenets girl

  • 5 / 30

    Pause durant une migration. Sud du territoire Yamalo nenets /// Ania's kid felt asleep during the migration

  • © Fabrice Dimier

    6 / 30

    Les éleveurs tentent d'attraper un renne avec son tynzian (lasso) /// Nenets try to catch a reindeer with his tynzian (lasso)

  • 7 / 30

    Reniene entretient le feu à l'intérieur du tchoum /// Reniene and Alina keep the fire going inside the chum

  • 8 / 30

    Habitation nomade au nord du territoire yamalo nenets /// Nomad dwelling in the north of the Yamalo Nenets Area

  • 9 / 30

    Une femme ramène du bois pour la nuit avant le coucher du soleil /// Before sunset, a woman gathers wood for the night

  • 10 / 30

    Migration /// Migration

  • 11 / 30

    Troupeau en pâture /// Herd grazing

  • Après l'abattage d'un renne, les morceaux de choix sont mangés crus /// Following the slaughter of a reindeer, the family shares the choice morsels, which are eaten raw

    12 / 30

    Après l'abattage d'un renne, les morceaux de choix sont mangés crus /// Following the slaughter of a reindeer, the family shares the choice morsels, which are eaten raw

  • 13 / 30

    Le sang du renne est bu chaud /// The deer's blood is drunk warm to take on the animal's strength

  • 14 / 30

    Instalation du camp. Le choum est construit comme un tipi recouvert de peau de renne /// Setting up camp. The chum is built like a teepee covered in deer skins

  • 15 / 30

    Une famille relève les filets de pêche posés sous le lac gelé une semaine auparavant /// A family retrieve the fish nets placed in the frozen lake the week before

  • 16 / 30

    Les femmes nomades préparent un encas de poisson congelé avant la migration /// Nomad women prepare snacks of frozen fish before the migration

  • 17 / 30

    A l'intérieur du choum /// Inside the Chum

  • 18 / 30

    Migration /// Migration

  • 19 / 30

    Un éleveur nomade regarde partir un hélicoptère de secours /// A nomad looks at the emergency helicopter take off

  • 20 / 30

    Une nomade est secourue par un hélicoptère d'urgence médicale /// A nomad woman is transfered from her chum to the hospital by helicopter

  • 21 / 30

    Une femme nenet accouche dans un hélicoptère /// A nomadic woman gave birth aboard the helicopter

  • 22 / 30

    Une ligne de chemin de fer longue de 570 kilomètres a été créée pour rallier les gisements de gaz qui défigurent progressivement la Toundra /// A 570-kilometre long railway line has been built in the Toundra to link with the gaz deposits wich gradually disfigure the Tundra

  • 23 / 30

    Migration hebdomadaire /// Weekly migration

  • 24 / 30

    Famille sédentarisée dans un wagon citerne dans un village /// A family settled in a tank wagon in a village

  • 25 / 30

    Fille nenets dans un village /// Nenets kid in a village

  • 26 / 30

    Fête scolaire dans une école d'un village nenets /// School festival in village of Settled nomadics

  • 27 / 30

    Famille sédentarisée /// Settled family in a village

  • 28 / 30

    Les nenets sédentarisés conserve une alimentation à base de poisson cru (congelé) et de viande de renne (soupe de viande) /// Settled Nenets continue a diet based on raw fish and deer meat (soup)

  • 29 / 30

    Course de traineau durant un championnat de sports nenets dans un village /// Sled race during a Sport Nenets championship in a village

  • 30 / 30

    Migration /// Migration Migration

Nenets : nomades au bord de la sédentarisation

Le peuple Nenets résiste à la sédentarisation depuis des siècles. Les nomades éleveurs de rennes, sont les derniers gardiens d’un territoire âprement convoité par les industries gazières.

 

Au cœur d’un immense désert blanc, entre le cercle polaire et la mer de Kara, 40,000 Nenets vivent sur une surface de 770 000 km2. 8000 d’entre eux seulement sont encore nomades. Depuis toujours, la disponibilité de la nourriture nécessaire au bétail conditionne le mode de vie  de cette ethnie, les contraignant à migrer à raison d’un millier de kilomètres annuels. En retour, les rennes leur procurent le mode de transport, la peau pour les vêtements, l’habitat, la viande.

Si le mode de vie des nomades a peu changé en apparence, leur rapport avec la fédération russe a lentement évolué. Le sous sol du territoire  contient plus de 90% du gaz russe. De compromis en négociations de droits de passage, les infrastructures et les villes gazières défigurent progressivement la toundra.

Les industries gazières déversent des millions dans les constructions de logements, de structures sanitaires et scolaires. Depuis quelques années les villages de la Toundra voient une forte croissance des installations de nomades, un choix sans retour possible une fois le troupeau vendu. Bien souvent la décision est prise en famille. Les enfants des nomades jouent un rôle majeur dans ces décisions. Ils sont scolarisés gratuitement de 7 à 17 ans dans les villages et reviennent sous la tente avec leurs parents seulement pour les 3 mois d’été. Leur scolarité ainsi que l’internat sont pris en charge par l’administration.

Alors que l’évaluation des réserves de gaz du Yamal laisse présager d’un autre demi-siècle d’extraction, le danger d’assimilation de la culture nenets n’a jamais été aussi fort.

 

EN

 

The Nenets people have resisted sedentism for centuries. The reindeer herding nomads are the last guardians of a territory fiercely coveted by the gas industries.

 

40,000 Nenets live in an area of 770 000 km2 in a vast white desert  between the Arctic Circle and the Kara Sea. Only 8000 of them are still nomads. Accessibility of the animals’ food has ever conditioned the nomad way of life of these people, obliging them to migrate weekly amounting to a thousand kilometres per year. In return, the reindeer provides them with hide for their clothing and tents, a means of transport and meat.

In appearance, nomadic lifestyle seems not to have a big change. But their relationship with the Russian Federation has slowly evolved. The territory under the ground contains over 90 % of Russian gas. From compromise on rights of way negotiations, infrastructure and gas cities gradually disfigure the tundra.

Gas industries dump millions in housing construction , health and school structures . In recent years the villages of the Tundra see strong growth in mobile facilities , a choice with no return possible once sold the herd. Often the decision is family. Nomadic children play a major role in these decisions. They attend school free from 7 to 17 years in villages and back under the tent with their parents for only 3 months of summer . Their tuition and boarding are supported by the administration. While the assessment of the Yamal gas reserves portends another half century of extraction, assimilation danger of Nenets culture has never been stronger .

Russie
Awards

2nd Days Japan Photojournalism Award 2014 Performance Awards HPA / UNESCO 2015